TÉLÉCHARGER LE LIVRE VERONIKA DECIDE DE MOURIR GRATUIT

TÉLÉCHARGER LE LIVRE VERONIKA DECIDE DE MOURIR GRATUIT

Veronika est la parfaite incarnation de ce mal être silencieux qui ronge notre société. L’auteur a déjà été interné et j’y ai décelé une amertume et un désir de revanche suite à son épreuve. La fin est vraiment magique: Offre valable uniquement pour les produits expédiés et vendus par Fnac. Elle n’est ni heureuse, ni malheureuse, mais sa vie est vide de sens.

Nom: le livre veronika decide de mourir
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 65.37 MBytes

Une jeune fille décide de mourir. La fin est vraiment magique: Accueil Mes livres Ajouter des livres. De plus tout est assez convenu et aucune surprise ne vient nous troubler au cours de cette lecture. Un grand moment d’hilarité et de démonstration des incohérences de la justice. Duel entre la vie et la mort Critique de Tyty paris, Inscrite le 1 août , 32 ans – 31 octobre C’est en regardant la mort en face qu’on se rend compte du sens de la vie. Mais les autres étaient tellement difficiles à comprendre!

Les cookies assurent le bon fonctionnement de Babelio. Accueil Mes livres Ajouter des livres. Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures connexion avec.

Critiques de Veronika décide de mourir – Paulo Coelho () – Babelio

Veronika décide de mourir infos Critiques Citations Forum. Critiques sur Veronika décide de mourir Signaler ce contenu Voir la page de la critique.

Une jeune fille décide de mourir. Elle n’est ni heureuse, ni malheureuse, mais sa vie est vide de sens. Les jours défilent et se ressemblent, rien ne change car elle est top lâche pour choisir un autre chemin. Par peur du risque, par respect pour ses parents, elle a choisi la facilité, une existence sans surprises, sans aucune folie, gommant ainsi sa nature profonde. Elle n’est pas folle, et pourtant elle se retrouve en hôpital psychiatrique.

Certains deviennent fous quand ils essaient d’échapper à la routine, quand ils ont une peur panique de la réalité, livde nul désir de vivre ou de mourir ne les habite, quand ils ne peuvent plus s’efforcer d’être semblable aux autres. Véronika n’a pas sombré dans la folie, elle a juste renoncé à lutter. Elle fera de belles rencontres chez les fous. Ils ne le sont peut-être pas vraiment. Ils sont différents, ils ne correspondent pas à la réalité établie par le plus grand nombre, ils se créent alors un univers bien à eux.

Certains, grâce à leur passage vers la folie, sont devenus sages. Véronika, à travers leur dw, va alors prendre conscience de la valeur de sa vie, des possibilités qui lui seraient offertes, si l’occasion lui en était donnée. Mais en aura-t-elle le temps? On se demande parfois pourquoi, dans nos sociétés qui ont un niveau de vie élevé, il y a ilvre de gens qui souffrent. Souvent parce qu’ils ont oublié de vivre, tout simplement, de s’accepter tels qu’ils sont et non comme on voudrait qu’ils soient.

Ce roman est bien construit, car il nous réserve des surprises. Le 21 novembreVéronika jeune fille qui semble tout posséder pour être heureuse, décide de mourir. Elle xecide soigneusement son suicide, et choisit la méthode médicamenteuse, délicatement elle avale les comprimés un par un afin de pouvoir s’arrêter si un doute s’installe, mais elle finit par tous les prendre.

Ensuite l’attente et l’après Sa tentative ratée, Véronika se retrouve internée dans un hôpital psychiatrique, à son réveil elle apprend que son coeur est faible dû aux nombreux comprimés ingérés, qu’elle est condamnée et ne lui reste que quelques jours à vivre.

Durant ce sursisla jeune femme appréhende le monde de la folie, elle va côtoyer des patients, et s’apercevoir que certains semblent se protéger et se cacher de la veornika. Pourtant par la suite, ces personnes atypiques influenceront ses propres choix. Véronika va s’attacher également à Edouard un schizophrène muet et mohrir, qui passe ses nuits à écouter la jeune femme au piano. Au fil des jours, Véronika face à la mort prend peur, et le choix de mourir laisse désormais place à une rage de vivre, elle prend conscience que nous sommes maître de son destin, que rien n’est fait au hasard, et qu’un brin de folie peut agrémenter une vie Un roman initiatique sur le Moi véritable, la liberté d’Etre, une quête à la vie, mais aussi une douce approche de la folie, une réflexion sur la normalité, écrit avec simplicité et raffinement Coelho traite du sujet des maladies mentales sans prétention dans une ambiance mélancolique et sombre.

  TÉLÉCHARGER CADILLACS AND DINOSAURS KAWAKS GRATUIT

Des passages très forts, en particulier les séances avec le Docteur Igot et la scène où Véronika se livre à un plaisir charnel devant Edouard, une scène feutrée, sensuelle et pudiquement dérangeante.

Un livre agréable et abordable, doté de messages positifs pour des sujets très délicats, le suicide et l’internement psychiatrique.

Veronika décide de mourir n’est pas un ouvrage sombre et triste comme on pourrait le supposer. Pour moi, c’est, au contraire, une ode à la vie, une invitation à se réaliser pleinement et à assumer son moi profond. C’est de ce fardeau, devenu insupportable, dont souhaite se débarrasser l’héroïne, jeune femme slovène de 24 ans. Trouvant sa vie terne et vide de sens, bien qu’elle possède apparemment tout pour être heureuse, elle choisit effectivement d’y mettre un terme en avalant des barbituriques.

À sa grande surprise, elle se réveille cependant à Villette, un hôpital psychiatrique. La Grande Faucheuse l’a épargnée. Épargnée momentanément vernoika car, selon le corps médical, son coeur, fragilisé par les comprimés absorbés, cessera de battre dans quelques jours. Dans cet institut, durant son sursis, la suicidaire côtoie des patients aux troubles psychologiques et mentaux plus ou moins sévères et découvre que certains résidents y séjournent par choix pour se protéger de deciide réalité ou se libérer des diktats de la société.

Elle se lie notamment avec Zedka, dépressive qui, lors d’injections d’insuline, s’évade dans d’autres mondes, avec Maria, internée suite à un syndrome de panique et surtout avec Eduard, schizophrène aux traits autistiques.

À la lueur de leurs parcours et menacée par la mort, Veronika s’interroge sur son propre mal-être et les raisons qui l’ont conduite veronikaa vouloir mourir. Comprenant qu’elle a depuis toujours étouffé sa véritable personnalité et qu’elle a renoncé à ses rêves, elle se libère du mal qui l’a empoisonnée et que le Docteur Igor nomme Vitriol et une furieuse envie de vivre s’empare d’elle.

le livre veronika decide de mourir

La jeune femme laisse alors libre cours à ses ressentis même s’ils ne sont pas conformes à la bienséance, s’adonne avec passion au piano, vocation contrariée par sa mère, et entreprend une relation amoureuse avec Eduard. S »appuyant sur son expérience personnelle ; l’auteur brésilien a été interné à trois reprises durant ses jeunes années parce que ses parents ne comprenaient pas qu’il souhaite se consacrer à l’écriture ; Paulo Coelho nous incite à réfléchir sur les notions de normalité et de folie, notions, somme toute, extrêmement subjectives et variables en fonction de la société et de l’époque auxquelles les individus appartiennent.

Laisser s’exprimer un tant soit peu la part de folie ancrée en chacun veroniks nous ne s’avère-t-il pas nécessaire à livr épanouissement?

Ne s’agit-il pas de trouver un équilibre entre les normes qui s’imposent à tous et la spécificité de chaque individu? Se à un compromis satisfaisant, en cela, à mon sens, semble résider toute la difficulté Très belle histoire qui m’a beaucoup touchée. Quel sens a la vie si les journées s’enchaînent sans vivre à fond ses passions et oublier veroinka à peu le fond de notre nature. Veronika est la parfaite incarnation de ce mal être silencieux qui ronge notre société.

A l’opposé de l’attendu, Coelho nous livre un message au final très positif. Veronika décide de mourir est un roman d’une intensité émotionnelle incroyable.

Il m’a complètement retourné. La fin est vraiment magique: Veronika tente de se suicider mais en vain.

le livre veronika decide de mourir

Soudain ,Veronika a ressenti ce besoin si intense de profiter à fond de la vie. Tous les personnages ont un passé psychologie vraiment très important et très beau.

L’histoire d’ amour entre Veronika et Edward est tout simplement magnifique. Il est réellement émouvant de voir comment deux êtres peuvent s’aider mutuellement en s’aimant: Veronika veronikw le gout de vivre parce qu’elle compte pour quelqu’un, parce qu’elle a quelque chose à apporter à quelqu’un, et Edward reparle parce qu’il sent qu’il aime cette femme et qu’il peut l’aider.

  TÉLÉCHARGER LUNIVERS STORIO RAR

le livre veronika decide de mourir

Le 21 novembreVeronika décida qu’était enfin venu le moment de se tuer. Veronika est une chouette fille, plutôt mignonne même, avec du travail, une famille qui l’aime, des amis, une vie sociale presque épanouie. Alors pourquoi a-t-elle tenté de mettre fin à ses jours? Comment une si jolie slovène peut arriver à une telle extrémité?

La question-réponse est là: Elle ne craint pas l’inconnu ; ce n’est pas la peur d’un avenir incertain, d’un futur inconnu, d’une dépression sous-jacente qui sont à l’origine de son étrange malaise et profond mal-être Elle est simplement terrifiée à l’idée de continuer à vivre dans la routine, de composer son avenir uniquement avec des habitudes quotidiennes, sans pouvoir pimenter sa vie avec une bribe de surprise ou de FOLIE.

Suicide raté donc qui provoque un aller simple pour l’asile psychiatrique de la ville. Et comme tout roman de Paulo Coehlo, arrive la partie initiatique de la vie de l’héroïne. Dans ce nouvel environnement, Veronika, qui est loin d’être folle, va naviguer au milieu des fous et comprendre peut-être ce qui lui manquait dans sa vie.

Qu’est-ce qu’après tout la folie? Et qu’est-ce que la normalité? Ne serait-ce pas nécessaire de mélanger folie et normalité pour trouver un équilibre stable dans sa vie? Et si c’était Veronika qui était plus folle que ces fous, simplement parce qu’elle se refuse à cette folie intérieure qui peut l’angoisser.

Encore plus moralisateur que d’habitude, Paulo Coehlo nous explique comment vivre et pourquoi il faut intégrer de la folie dans sa vie. Je comprends que cela puisse rebuter certains de se voir dire, expliquer ce qu’il faut faire pour bien vivre selon les préceptes de Monsieur Coehlo. Mais également comme d’habitude, ses romans me poussent à réfléchir sur ma propre existence. Quelle image ai-je de ma vie? Et quelle vision les autres peuvent avoir de mon existence?

Véronika décidé de mourir

Par moment, je me reconnais peut-être un peu trop même dans le portrait psychologique de Veronika. Où sont mes envies? Verronika se trouve ma folie?

Soit je n’en possède aucune petite parcelle et là, cela devient vraiment decjdesoit elle est bien enfouie au plus profond de mon moi intérieur. Vivre un peu plus avec les rêves et un peu moins dans les sombres méandres d’une triste réalité: Est-ce de l’utopie que croire que cela peut changer, si je le veux?

Vraiment un coup de coeur ce livre! Je l’ai trop aimé que je ne l’ai pas lu d’un seul trait. Alors que je me régalais aussi rapidement d’autres livres, lui je le gardais jalousement au chevet de mon lit où je le lisais en levant et en me couchant. Aborder des sujets de folie ou de psychiatrie, c’est de la mer à boire! Dans l’univers de cet hospice psychiatrique où est interné Véronique après son suicide avorté, on y retrouve le monde dans sa diversité de folie.

Car nous vivons sur une terre où tout monde est fou mais seulement les degrés diffèrent Bon, on dira ce qu’on voudra de Paulo Coelho Prédicateur pour minettes, philosophe de comptoir Toujours est-il que quand j’ai lu  » Veronika décide de mourir  » il y a pas mal d’années de ça, j’étais vraiment très mal dans mes baskets et pas en très bons termes avec la vie Et bien cette lecture m’a fait beaucoup de bien!

Je ne saurais plus dire pourquoi ni ve, mais je me souviens encore, comme en refermant le livre, émue et exaltée, je me suis sentie moins seule Alors moi, quoi qu’on en dise et sans rougir ou alors si peuben Paulo Coelho en général et  » Veronika décide de mourir  » en particulier, j’aime bien!